Comment aider mon enfant à construire sa confiance en lui?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •   

confiance en soi

Avoir confiance en soi c’est avant tout se connaître, c’est savoir qu’on à du potentiel, c’est croire en ses capacités et ses possibilités mais aussi comprendre et accepter ses limites.

La confiance en soi se façonne au cours des premières années de l’enfant (pendant l’adolescence également), il est donc particulièrement important pour les parents et la famille d’y être attentifs et constructifs, leur rôle étant déterminant.
Ensuite, elle se développera et n’aura de cesse d’évoluer au cours de la vie de l’ individu.

1.La Confiance en Soi: un des 3 piliers de l’estime de soi.

On confond souvent Estime de soi et Confiance en soi.
L’estime de soi, c’est l’opinion que nous avons de nous-même, comment nous nous voyons et si nous aimons ou pas cette vision que nous avons,  nous y reviendrons dans un autre article.
Pour accroître notre estime de nous, il suffit parfois simplement de trouver comment devenir la vision idéale que nous imaginons de nous. Car le manque d’estime de soi, c’est l’écart entre ce que nous croyons à notre sujet et ce que nous observons de nous dans la réalité.

L’estime de soi se fonde et se développe sur:
– L’Amour de soi: l’élément le plus important. C’est s’aimer sans aucune condition parce que l’on se sait intrinsèquement digne d’amour et de respect.
– L’image de soi: le regard que nous portons sur nous et la conviction subjective sur laquelle nous fondons nos potentialités et nos limitations.
La confiance en soi: qui s’applique à l’action.
Etre confiant c’est penser que l’on est capable d’agir de manière adéquate ( “L’Estime de soi”, Christophe André et François Lelord).
L’estime de soi a besoin d’actes pour se maintenir et se développer: d’où tout l’intérêt d’ “accroître la confiance en soi”.

 

masque de la confiance en soi2.La confiance en soi est un sentiment profond de connexion à soi, pas de l’apparat.

Il est assez facile de déterminer le niveau de confiance en lui d’un individu, il s’agit d’observer:
– son comportement dans les situations nouvelles ou imprévues,
– son attitude lorsqu’il y a un enjeu,
– ses réactions lorsqu’elle est soumise à des difficultés dans la réalisation de ce qu’elle a entrepris….

On ne peut pas longtemps feindre d’avoir confiance en soi. D’abord parce que c’est une situation désagréable, dans laquelle se creuse continuellement un fossé entre ce que l’on essaye de montrer et ce que l’on ressent profondément. Ensuite parce que nos actes et nos émotions finissent par trahir ce manque de confiance en nous.

Quand on ressent le besoin de faire semblant, c’est parce qu’on ne sait pas réellement de quoi on est capable.
L’élaboration de la confiance en soi est avant tout un travail d’introspection en miroir avec ce que nos expériences et nos figures d’attachement (c’est à dire les personnes qui prennent soin de nous au quotidien) nous renvoient.
Une personne qui se connaît, et qui sait s’accepter aura une confiance en elle plus accrue qu’une personne qui passe son temps à se remettre en question.

 

3. Repères pour les parents, pour aider un enfant à construire sa confiance en lui.

repères pour aider un enfant à construire sa confiance en lui

Il est capital de comprendre que, pour un enfant, la confiance en soi est donnée par son parent en la lui démontrant, lui prouvant par des paroles et des actes et en l’encourageant.

*La preuve de l’importance: la présence

Lorsque votre enfant vous demande de participer à une de ses activités, assurez-vous de pouvoir être pleinement présent avec lui lorsque vous acceptez. C’est une condition extrêmement importante pour la valeur des moments passés ensemble, ceux qui laissent des souvenirs de l’amour partagé. Mieux vaut décaler de quelques minutes votre participation, pour terminer la tâche qui vous occupe et fermer en vous toutes les préoccupations qui y sont attachées. Cela vous garantira un temps de qualité auprès de votre enfant pendant lequel votre attention sera tournée exclusivement vers lui.
Il pourra alors goûter au plaisir de votre disponibilité, et d’être pleinement le centre de votre intérêt. Il intégrera par là l’importance qu’il a à vos yeux.
Je suis important parce que papa me regarde quand je fais mon spectacle, parce que maman m’entend quand je lui parle de ma  journée, parce que mes parents sont intéressés par mes jeux et aiment les partager avec moi.

*La démonstration de la fierté: construire son amour-propre

Affirmez votre fierté, pas seulement devant ses performances, mais aussi en illustrant tous les trésors qu’il a su développer pour accéder au résultat (quel qu’il soit).
Dîtes-lui lorsqu’il fait preuve de créativité, de dépassement de soi, d’ingéniosité, de logique, d’habileté, de ruse, de force, de finesse, d’humour, de délicatesse, d’esprit critique, de prudence…. Il apprendra à repérer en lui toutes ses compétences qui se développent et cela motivera aussi son envie des les pratiquer donc de les accroître et d’en acquérir de nouvelles!
Posez régulièrement la question à votre enfant : Et toi, te sens-tu fier de toi? Que ressens-tu, pourquoi?
Il la fera sienne en l’intégrant et apprendra à identifier en lui ce sentiment de satisfaction légitime de soi.

expérimenter pour accroitre sa confiance en soi*Découvrir ses capacités et définir ses limites: l’expérimentation

Offrez-lui, en tous temps, la possibilité d’expérimenter. S’essayer à divers exercices est le meilleur moyen pour apprendre à se connaître.
Testez des activités nouvelles ensemble, multipliez les occasions pour qu’il apprenne à se servir de nouveaux matériels, emmenez-le à la chasse aux nouvelles idées, contribuez positivement à ses expériences relationnelles…
Montrez-lui ce qui est risqué, expliquez-lui pourquoi il y a du danger, ce qui contribuera à développer  son esprit d’analyse des situations et d’évaluation des risques lui permettant de diminuer le stress et la pression.
Puis invitez-le à examiner et à s’y aventurer!
Cette démarche lui montrera combien VOUS avez confiance en lui, dans un cadre où vous pourrez garantir sa sécurité.
C’est en forgeant son expérience que l’on détermine comment notre corps, nos émotions et notre intellect sont capables de s’exprimer.

Définissez avec lui ce qu’est qu’une limite personnelle.
C’est à dire savoir entendre ce moment où notre intérieur nous dit NON.  Ce qui passe inévitablement par votre capacité de parent à entendre et respecter SON non, au quotidien.
Ne le poussez pas, ne le forcez pas lorsqu’il vous dit NON.
Même s’il l’a déjà fait, même si vous le savez capable, même s’il est engagé, même si au début il avait dit oui…
Entamez à ce moment avec votre enfant, un dialogue pour écouter son besoin.
Mettez-vous en position d’écoute active en faisant taire en vous ce qui parle de lui et en écoutant ce que lui a à vous dire.
Pour essayer de comprendre ce qui se passe en lui et qui l’empêche d’aller vers l’action. Cela vous permettra, sans nul doute, de trouver une solution ensemble, satisfaisante pour chacun.

*Appuyer les réussites et transcender les échecsréussite et échec pour favoriser sa confiance en soi

Féliciter la réussite est une démarche constructive, du moment où vous mettez en lumière les efforts et compétences que votre enfant à su développer pour y contribuer.
Attention, en revanche, si l’enfant ne reçoit de louanges que lorsqu’il accomplit une performance ou qu’il réussit, le risque qu’il développe une “dépendance aux compliments” est réel.
Tout simplement parce qu’il ne se sentira valorisé et apprécié par son parent que lors de ces situations, ce qui le conduira dans une course effrénée en quête de réussite pour se sentir approuvé et reconnu dans ses actes. La confiance en soi ne se limite pas à la performance!
Il est donc essentiel de savoir l’encourager, peu importe les circonstances, et de l’accompagner à accueillir et célébrer l’échec.
Et c’est souvent très difficile, parce que nous avons nous-même, parents, été élevés dans la compétition dont le seul aboutissement méritoire était la meilleure place. La société en général fonctionnant encore majoritairement sur ce mode.

S’extraire de ce fonctionnement permet clairement de prendre du recul et de comprendre que l‘échec n’est pas une fin, ni une perte.
Au contraire, se tromper, rater, tomber, être bloqué, se faire recaler…. sont toujours de merveilleuses opportunités pour grandir.
Lorsque le petit enfant apprend à marcher, il tombe des dizaines de fois, mais jamais il ne se demande s’il on l’aimera moins pour ça.
Il sait ce qu’il veut et ce dont il a besoin. Son objectif bien en lui, il y va, peu importe le temps que ça lui prendra.

En grandissant, un enfant peut se sentir déçu, frustré, triste de ne pas avoir réussi à réaliser ce qu’il visait. Accompagner l’échec c’est aussi écouter avec honnêteté ces sentiments.
Dans un deuxième temps aidons le à découvrir un autre point de vue: lorsque tu tentes une aventure soit tu y arrives, soit tu apprends!
Qu’as-tu appris dans cette expérience qui n’a pas abouti comme tu l’envisageais?
En essayant d’y lier les dispositions, les émotions, les ressentis,  les savoirs qui ont manqué pour que ça réussisse, et aller de l’avant.

 

émotion cachée derrière le manque de confiance la peur4.L’émotion cachée derrière le manque de confiance en soi

Malgré toute notre application et toute notre attention, il arrive parfois que le manque de confiance persiste.
Il est alors intéressant de débusquer l’émotion cachée derrière le manque de confiance. Et cette émotion est quasiment invariablement: LA PEUR.
La peur de ne pas être aimé, la peur d’être critiqué, la peur d’être abandonné, la peur d’être rejeté, peur de rater, peur d’être regardé…..
Derrière le manque de confiance en soi, il y a toujours une peur.
Discuter et regarder son enfant pour débusquer cette(ces) peurs est primordial pour l’aider à avancer.
Dans son ouvrage “Contes à guérir, contes à grandir”, Jacques Salomé propose un conte très intéressant pour dépasser ses peurs: ” Le Magicien des peurs”, en voici un extrait:

« Il est venu vers moi, raconta t’il, m’a prit les deux mains dans les siennes et m’a chuchoté :

Derrière chaque peur, il y a un désir. Il y a toujours un désir sous chaque peur aussi petite et aussi terrifiante soit elle ! Il y a toujours un désir, sache le.
Il avait sa bouche tout près de mon oreille et il sentait le pain d’épice, confirma l’enfant.

Il m’a dit aussi :

Nous passons notre vie à cacher nos désirs, c’est pour cela qu’il y a tant de peurs dans le monde.
Mon unique travail, et mon seul secret, est de permettre à chacun d’oser retrouver, d’oser entendre, d’oser respecter le désir qu’il y a en lui sous chacune de ses peurs. »

Soyez le magicien des peurs de votre enfant.
Aidez-le à les définir, à les comprendre et à aller chercher le désir qui se cache derrière.
Pour lui permettre de trouver de nouveaux objectifs et de transcender ses peurs en visant de nouveaux horizons.

Cependant certains comportements excessifs (qui touchent adultes comme enfants), peuvent indiquer un mal-être plus profond qu’il sera très bénéfique d’accompagner avec un travail thérapeutique, si vous les observez en vous ou chez votre enfant:
– l’excès de confiance qui se manifeste par des décisions et des comportements clairement destructeurs et qui peuventt conduire à des situations dangereuses. Par exemple: prendre des risques démesurés sans se protéger, agir avec exagération dans l’attente de réactions d’autrui, ignorez les dangers imminents…
Il ne s’agit d’ailleurs plus réellement de confiance en soi, mais de croyances erronées au sujet de sa toute puissance imaginaire, qui révèlent souvent un manque de confiance intrinsèque.
– l’excès de manque de confiance qui paralyse et empêche d’agir dans des situations où nous sommes clairement capables. Par exemple: une impossibilité à prendre la parole pour exprimer un besoin, une incapacité à se mettre au contact des autres même connus, une inhabileté excessive à faire des gestes pourtant déjà réalisés, des peurs incontrôlables ou insupportables qui empêchent d’agir…..

 

4.Soyez l’exemple que vous avez envie de donner à votre enfant.montrer l'exemple

Dans un monde où l’on nous manifeste chaque jour, 4 fois plus de marques d’attentions négatives que positives, apprenons à nous concentrer sur ce qui est constructif.
Etre un exemple d’adulte confiant se démontre par l’attitude que nous adoptons au quotidien:
– Acceptons-nous de ne pas savoir mieux que notre enfant lui-même ce qui est bon pour lui?
– Quelles sont les marques de confiance en lui dont nous faisons preuve chaque jour?
– Que montrons-nous dans notre comportement vis à vis de nous-même et dans nos choix de vie?
→Relevons-nous de défis?
→Manifestons-nous notre fierté envers nous-même?
→Essayons-nous régulièrement de nouvelles choses?
→Comment accueillons-nous l’échec? Avec déception et mésestime ou avec entrain et pugnacité?
→Sommes-nous plutôt généralement dans une démarche de comparaison et de compétition ou de croissance et de dépassement de soi?

Apprenons-nous aussi à accroître notre confiance en nous et notre sécurité intérieure pour le bien de tous.

 

jeux et exercices pour muscler sa confiance en soi5. Jeux et exercices pour “muscler la confiance en soi”, en toute sécurité

Garantir la sécurité physique ET affective est primordial.
Nous devons donc conforter notre enfant pour qu’il sache que même s’il l’on obtient pas le résultat escompté dans les exercices (et dans la vie  😉  ) notre amour-propre ne sera pas abîmé!

1)Les Ressources ( lieu ou le souvenir d’une réussite ressource): le parent guide l’exercice.

Trouver un endroit calme et reposant où l’on ne risque pas d’être dérangé.
S’allonger ou s’asseoir, les yeux fermés, pour se mettre dans un état de relaxation avec une musique douce ou le son de la nature par exemple.
Vous pouvez inviter votre enfant à ressentir les battements de son cœur, ou à prendre conscience de ses inspirations et de ses expirations pour se connecter à son rythme.

Une fois détendu, demandez à votre enfant d’imaginer son paysage préféré et de le décrire avec le plus de détails possible.
Les couleurs, les sons, les odeurs, les êtres etc….
Une fois qu’il a fini d’expliquer, demandez-lui de s’installer mentalement dans ce paysage, dans la position qui lui sera la plus confortable. Invitez-le ensuite à ressentir tout ce qui se passe en lui à cet endroit: comment se sent-il: fort, calme, joyeux, puissant, inébranlable?
Une fois qu’il a conscientisé toutes ses sensations, demandez-lui de les installer dans son cœur et de photographier dans sa mémoire tout ce bien-être qu’il vient d’y vivre.
Accompagnez-le petit à petit à revenir ici et maintenant, à ouvrir les yeux et à s’étirer.

Expliquez-lui que ce moment qu’il vient de graver en lui fait partie maintenant de ses ressources, et que dès qu’il aura besoin de trouver calme, force, concentration, confiance… il pourra tout simplement le retrouver en lui pour y accéder.
Ce moment ressource peut aussi être guidé pour accompagner l’enfant à ancrer la mémoire d’une situation où il a vécu une grande réussite très satisfaisante.

2)JEU: L’équilibre intérieur:parent et enfant jouent ensemble.

L’objectif est de réussir à déstabiliser l’autre d’une part et de trouver son équilibre et son ancrage de l’autre.
Phase A : Face à face le parent à la hauteur de son enfant (à genoux donc s’il est petit), les mains ouvertes, bras un peu plié, essaye de déstabiliser votre enfant en le poussant au niveau des mains durant 3 à 5 secondes. Le faire 3 fois.
Votre enfant chercher une position jusqu’à trouver son équilibre, sa stabilité, son ancrage.
L’objectif est donc bien-sur d’exercer une force appropriée pour le lui permettre.

Phase B: Inverser les rôles, c’est votre enfant qui , les mains ouvertes, bras un peu plié, essaye maintenant de vous déstabiliser en  vous poussant au niveau des mains durant 3 à 5 secondes. Le faire 3 fois.

Après le jeu, vous pouvez vous féliciter, prendre une feuille et noter quelles ont été les sensations de votre enfant dans les 3 reprises de la phase A puis de la phase B. Ensuite vous exprimerez les vôtres également.
Ensuite vous relèverez toutes les compétences et qualités (force, détermination, courage, ruse, persévérance, intelligence…) dont votre enfant à fait preuve dans cette situation pour qu’il puisse les conscientiser.

3)EXERCICE: La visualisation du super héros de sa vie:le parent guide l’exercice.

Lorsque vous avez identifiez avec votre enfant une situation pour laquelle il manque de confiance en lui, vous pourrez faire cet exercice.

Trouver un endroit calme et reposant où l’on ne risque pas d’être dérangé.
S’allonger ou s’asseoir, les yeux fermés, pour se mettre dans un état de relaxation avec une musique douce ou le son de la nature par exemple.
Vous pouvez inviter votre enfant à ressentir les battements de son cœur, ou à prendre conscience de ses inspirations et de ses expirations pour se connecter à son rythme.

Demandez-lui d’imaginer cette situation qui le stresse et de décrire ce qui l’inquiète. (notez-le)
Demandez-lui ensuite d’enfiler le costume de son super héros préféré.
Une fois ainsi vêtu demandez-lui d’agir, de parler, de bouger, de raisonner comme son super-héros.
Une fois à l’aise, invitez-le à se projeter dans la situation sensible, et demandez lui quel est l’objectif, le résultat qu’il vise.
Maintenant avec les qualités de son super-héros, il va pouvoir se voir y parvenir en décrivant à haute voix tout ce qu’il fait pour réussir.
Nommez toutes les inquiétudes dont il vous a fait part en premier et demandez-lui comment maintenant il parvient à les dépasser grâce à ses supers pouvoirs.
Que ressent-il maintenant?
Concluez cette visualisation avec la phrase: “Chaque fois que tu peux le voir, tu peux le faire!”
Une fois qu’il a conscientisé toutes ses sensations, demandez-lui de les installer dans son cœur et de photographier dans sa mémoire tout ce bien-être qu’il vient de vivre.
Accompagnez-le petit à petit à revenir ici et maintenant, à ouvrir les yeux et à s’étirer.

Expliquez-lui que ce moment qu’il vient de graver en lui fait partie maintenant de ses ressources, et que dès qu’il aura besoin de trouver les qualités qu’il apprécie chez son super-héros préféré, il pourra tout simplement le retrouver en lui pour y accéder.

Conclusion La confiance en soi ça prend 2 Ailes!

Je n’ai volontairement pas parlé de confiance relationnelle et du rapport aux autres dans cet article.
Nous sommes des êtres sociaux et le monde extérieur prend évidemment une place importante dans nos vies d’humains (nous en parlerons dans un autre article), mais je pense qu’avant d’aborder ce sujet il est vraiment essentiel de s’être confortablement assis dans notre confiance et sécurité intérieure, dont les autres sont étrangers.
Voilà pourquoi je me suis concentrée sur ce sujet.

Chacun d’entre nous connaît dans sa vie des expériences de réalisation de son plein potentiel, mais aussi de manque de confiance en soi qui s’expriment par du doute, du manque d’assurance, de la timidité… Et c’est bien normal.
Ce sont ces doutes et ces interrogations qui nous permettent de nous remettre en question et d’évoluer.

Les différentes attitudes que nous avons abordé dans cet article amèneront votre enfant à se sentir valorisé et légitimeront en lui les dispositions à s’accorder de la valeur, et ce tout au long de sa vie.

Pour finir, je vous propose de transmettre cette sage citation qui illustre parfaitement ce qu’est la confiance en soi, à vos enfants.
Comme je l’ai dit un jour à ma fille et qu’elle s’amuse et adore répéter souvent maintenant:

la confiance prend 2 ailes

Carnaval d’articles
Cet article participe à un « carnaval d’articles » lancé par le blog « les-enfants-avenir.com ».
C’est un événement inter-blogueurs qui peut ainsi vous permettre de découvrir d’autres blogs sur ce sujet qui vous intéresse. Il vous suffit de cliquer sur ce lien pour accéder aux autres articles.

J’apprécie le blog « les-enfants-avenir.com » pour les informations pratiques et les témoignages qui soutiennent les familles qui vivent  l’Instruction En Famille ou qui souhaitent passer le cap .
Ainsi vous trouverez plein d’idées concrètes, notamment dans cet article “ Comment monter un projet éducatif pour son enfant” que je trouve très inspirant!

Si vous avez apprécié cet article et qu’il vous a apporté de la valeur, n’hésitez pas à le partager!
Et si vous connaissez des exercices pour entraîner la confiance en soi, partagez-les avec nous en commentaire 🙂


Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •   
  • 1
    Partage

Auteur de l’article : Ketty

2 commentaires sur “Comment aider mon enfant à construire sa confiance en lui?

    Eirene

    (18 mars 2019 - 21 h 06 min)

    Très intéressant, je ne connaissais pas l’exercice N°2. Enfin, j’ai expérimenté un exercice similaire en théâtre, mais je n’ai jamais imaginé de le faire avec les enfants. Je le testerai à l’occasion.
    Merci pour ces informations très complètes!
    J’utilise également les visualisations avec mes petits, ainsi que les massages. Aussi j’ai remarqué que quand on donne un gros câlin au bon moment, le temps dont ils ont besoin, cela les rassure, et leur donne la confiance nécessaire pour confronter ce dont ils ont peur… du moins avec les miens, qui sont petits 😉 Parfois on oublie que les démonstrations d’amour régulières marchent très bien… en tout cas, j’ai tendance à oublier… sur tout quand leur comportement m’irrite, pourtant c’est souvent le remède!

      Ketty

      (31 mars 2019 - 8 h 07 min)

      Bonjour Eirene,

      Avec plaisir 🙂 et merci de ton commentaire!
      L’exercice que je propose est un exercice que je pratiquais en coaching et qui fonctionne très bien en parentage ludique.
      L’objectif étant de permettre à chacun de s’explorer, dans un cadre parfaitement sécuritaire physiquement et affectivement parlant, dans une situation “de mise en échec”, c’est à dire quand quelqu’un essaye de nous déstabiliser en s’opposant (ici physiquement). Le jeu en lui-même est drôle, ma fille a adoré dès qu’elle a commencer à demander de “jouer à l’opposition” (lutte, bagarre, mousquetaires….)
      Et tu as raison, les démonstrations de notre amour inconditionnel et de notre confiance indéfectible, grâce à nos câlins et attentions quotidiennes, sont une excellente ressource pour les aider à nourrir leur confiance, et surtout leur amour d’eux-même!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *