TIGROU-TIGROU, est-ce bien vrai? Remettre ses pensées à leur place…

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •   

tigrou tigrou est-ce bien vrai. couverture

Un nouveau livre à déguster aujourd’hui pour relever  “Mon défi pour 2019”  : “TIGROU-TIGROU: est-ce bien vrai?” de Byron Katie et Hans Wilhem

En pratique:
Le livre est un format 20cmx25cm, couvertures rigides.
Il est facile à manipuler, les couvertures et les pages sont douces et le rendent très agréable à toucher.
Les dessins sont ludiques et très expressifs.  Les couleurs sont chatoyantes et lumineuses. Les illustrations sont vraiment belles et agréables.
Les personnages sont incarnés par des animaux, le héros de ce récit est un petit tigre.

Age conseillé: 4/11 ans (ou plutôt lorsque vous constatez que votre enfant est confronté à une difficulté qu’il s’imagine insurmontable et qu’ il doute de lui même, je vous expliquerai pourquoi plus bas…)

En résumé:
Tigrou-Tigrou se réveille un matin du mauvais pied et rien ne va plus: ses parents se fâchent, ses camarades l’ignorent, et son meilleur ami Rhino préfère jouer avec Zébra. Bref, la vie n’est pas juste!
Mais Tigrou-Tigrou rencontre la très sage tortue, qui lui apprend à remettre en question ses pensées…
Et voilà que Tigrou-Tigrou retrouve le sourire!

Dans cet ouvrage nous aborderons les notions de: doute de soi et de perte d’amour de soi dans la difficulté, de pensées, de croyances.

 

Quand tout va mal et que les problèmes nous submergent, est-ce bien vrai?

“La liberté n’est jamais à plus d’une question de distance…”

Tigrou-Tigrou démarre mal sa journée. Il glisse sur ses jouets et tombe, ses parents se disputent et il a l’impression d’être invisible, il est peiné par l’attitude de ses camarades et son meilleur ami lui préfère Zébra pour faire du vélo…
Bref, que des mauvaises expériences qui mettent à mal son estime et son amour de lui-même.
Tigrou-Tigrou est malheureux, il pense et croit vraiment que tout va mal et que personne ne l’aime.

tigrou-tigrou est-ce bien vrai

Tigrou-Tigrou est accablé par ses pensées et les émotions qu’elles provoquent, lorsqu’arrive une tortue empathique…

 

Questionner ses pensées : “Le Travail” de Byron Katie

Tortue interroge Tigrou-Tigrou sur ce qui se passe pour lui et l’écoute attentivement.
Après avoir reformulé ce que lui dit Tigrou-Tigrou, Tortue, lui pose simplement 4 questions: “Est-ce bien vrai?  Peux-tu en être absolument certain? Que ressens-tu à l’intérieur lorsque tu crois cette pensée? Comment serais-tu sans cette pensée?”, et écoute activement ses réponses.
C’est alors que commence le travail intérieur de questionnement pour Tigrou-Tigrou, et qu’il découvre avec soulagement que toutes ses idées qui le tourmentent pourraient bien ne pas être vraies…

questionner ses pensées

Grâce au travail réalisé par Tigrou-Tigrou, nous allons découvrir avec notre enfant que nos pensées et nos croyances ne constituent pas la réalité. Elles ne sont que des productions mentales de notre cerveau, en réaction à des expériences ou a des légendes de notre passé.
Et nous ouvrir à d’autres possibilités

 

Changer le focus: le retournement, c’est choisir ce à quoi on veut croire et comment on veut se sentir

“Soit on s’attache à ses pensées, soit on les remet en question. Il n’y a pas d’alternative.” Byron Katie

Après qu’il ait réalisé l’impact que ses pensées ont sur sa façon de se sentir, Tortue propose à Tigrou-Tigrou de retourner, une par une chaque pensée, et de vérifier si chacune pourrait bien être vraie.
Comme, au lieu de “Je ne compte pour personne et personne ne m’aime”→”Je compte pour quelqu’un et quelqu’un m’aime”.
C’est alors qu’il s’aperçoit que de nombreux exemples lui viennent en tête, confirmant que ses parents, ses amis l’aiment vraiment!
Et puis il fait d’autres retournements, et constate encore combien ils sont vrais et importants.

retourner ses pensées et choisir à quoi on veut croire

Retourner une pensée cela signifie: la reformuler en se prenant comme sujet,  la reformuler en prenant l’autre comme sujet, en trouver l’opposé. Et puis réfléchir pour vérifier si ces nouvelles pensées pourraient être vraies…et à coup sur elles le sont  😉

 

Après la lecture du livre “TIGROU-TIGROU: est-ce bien vrai?”

Les retours de ma fille de 6 ans:

*Juste après la lecture du livre:
Quand je lui ai demandé ce qu’elle a compris et ressenti:
Il y a eu: verbalement Rien, physiquement elle m’a paru un peu dérangée.
Elle a souri pour m’être agréable je crois, puis elle s’est levée en parlant d’une histoire de jeu qu’elle imaginait et elle est partie.
Moi je suis restée assise sur le canapé, un peu interloquée.
Je pense qu’elle est restée interrogative parce que nous avons abordé des idées et des sentiments qui lui sont étrangers:
le fait de se “sentir nul”, de “ne compter pour personne” ou que “tout le monde s’en fiche”,  “personne ne m’aime”… comme les évoque Tigrou-Tigrou.
J’ai donc saisis que cette lecture est venue trop tôt, bien que ce soit ma fille qui me l’ai demandé, parce qu’elle a été attirée par la couverture.
Elle n’était pas préparée et pas concernée, parce qu‘à mon avis, elle n’a jamais eu ce type de pensées.

*Quelques semaines sont passées et nous avons eu une conversation sur ce qui fait se sentir bien ou pas, il y a quelques jours.
Grâce à ce riche partage nous avons pu échanger et et j’ai eu la confirmation de ce que je présumais.
Bien que certaines situations lui créent des difficultés et que parfois elle se soit sentie “pas aimée”, le type de pensée évoquées par Tigrou-Tigrou lui sont bel et bien inconnues pour l’instant (et tant mieux 🙂 !)

* 3 mois après la lecture, une expérience concrète….
Lors d’une sortie dans un parc de jeux avec des amis, j’entends ma fille pleurer très fort, je me précipite.
Et elle me raconte :“N. (sa meilleure amie) ne veut pas jouer avec moi” et pleure de tout son saoul.
Je la laisse exprimer son chagrin en sanglots, puis sans rappeler l’histoire de Tigrou-Tigrou, je lui pose simplement la question “Es-tu absolument sure que ce soit vrai que N. ne veut pas jouer avec toi?”
Elle me répond: “Je ne sais pas”. Son chagrin se calme.
C’est alors que nous avons vraiment pu commencer à interroger sa pensée et sa croyance.
Après une bonne discussion elle est arrivée à la conclusion:
– que c’est le sentiment de rejet, qu’elle a ressenti au moment ou son amie a refusé de jouer à son jeu, qui a créé dans on esprit l’idée qu’elle ne voulait pas jouer avec elle.
– que si son amie avait accepté l’invitation pour venir jouer dans ce parc, c’est effectivement parce qu’elle voulait jouer avec elle.
– que c’est le jeu qui n’intéressait pas N. à ce moment là, et pas elle-même.
– que ça lui arrivait à elle aussi, de refuser de jouer à certains jeux dont elle n’avait pas envie…
Elle a retourné sa pensée, a cessé de s’identifier au rejet de son amie, a trouvé le sens constructif pour elle de cet événement et a pu continuer avec joie son après-midi!

Je constate après cet épisode qu’à plusieurs reprises, il lui a été bien plus facile de se sortir de situations désagréables.
Elle a elle-même réussi, dans d’autres situations, à retourner des phrases, formulées en langage “Tu…” pour comprendre et choisir ce qu’elle voulait retenir de l’échange  😀 , quels cadeaux!

 

Mon point de vue:

J’étais très excitée à l’idée de faire découvrir à ma fille le principe du Travail de Byron Katie, qui m’a permis d’alléger et d’embellir ma vie et mon esprit depuis plus de 12 ans maintenant!
Quand de simples idées vont jusqu’à nous faire douter de notre propre valeur et remettent en question notre amour de nous-même, il me semble capital de savoir les remettre à leur juste place: celle de simples idées.
Parce que clairement, NOUS NE SOMMES PAS NOS PENSEES ET NOUS NE SOMMES PAS OBLIGES DE LES CROIRE !!
Cette compréhension a été une vraie révolution pour moi!!
Ma fille faisant son entrée dans le monde de l’abstraction et de la pensée construite, ainsi que dans les relations plus conscientes avec les autres, j’ai vu l’opportunité de lui permettre d’acquérir cette connaissance.
Mais c’était sans compter que l’histoire puisse ne pas être adaptée pour elle (je me suis fiée à l’indication d’âge…) au moment de la lecture.
C’est pourquoi j’ai précisé dans le résumé qu’au delà d’une question d’âge, ce livre convient bien dès lors que votre enfant est confronté à une difficulté qu’il s’imagine insurmontable et qu’ il doute de lui même.
Il existe un autre ouvrage indiqué pour les plus petits, que nous allons tester du coup, pour voir si l’histoire plait davantage à ma belle:  “Quatre Questions pour Poulette Coquette”
En revanche,“TIGROU-TIGROU: est-ce bien vrai?” nous a fort bien servi quelques semaines après, et nous reviendrons souvent sur cette notion d’attachement à ses pensées.

Ce que j’ai aimé:
L’idée clef du livre et du Travail “The Work” de Byron Katie: ” Il s’agit d’une une démarche permettant d’identifier et de questionner nos pensées et nos croyances, qui sont à l’origine de la souffrance (la notre et celle du monde).
Au lieu d’essayer désespérément de changer le monde pour qu’il corresponde à nos pensées sur ce qu’il « devrait être », nous pouvons questionner ces pensées et, en rencontrant la réalité telle qu’elle est, éprouver une liberté et une joie inimaginables. L’auteur à donc a élaboré une démarche simple et puissante de questionnement appelée Le Travail, qui permet cette transformation de façon pratique.”
C’est à la portée de tous, facile, rapide, efficace.
Un procédé qui ne dépend que de soi, qui ne réside qu’en 4 questions et des retournements et qui permet de retrouver son état de bien-être presque instantanément, je trouve ça vraiment formidable!

Ce que je trouve à améliorer:
L’ indication d’âge sur l’ouvrage, qui ne me semble pas adaptée.

 

Notre conclusion:
Cet ouvrage est très constructif et pratique dans la présentation de la méthode initiée par Byron Katie.
Il permet de comprendre très clairement comment une pensées influe sur notre état d’être et comment prendre du recul pour permettre à chacun de choisir consciemment les pensées qui l’habitent.
Grâce au Travail, qui devient rapidement un jeu, nous apprenons à remettre en question nos productions mentales que sont nos pensées et à déloger nos croyances, plutôt que de nous y fier comme des vérités irréfutables.
Arriver à la compréhension que nous avons donc tous le choix de décider quoi faire de nos pensées, offre une liberté intérieure inégalable et assurément un atout formidable pour la vie!

Comme pour chaque pratique, l’idéal est, bien-sur, le modèle que nous donnons à nos enfants à travers notre propre attitude!
Apprenons, nous, parents et adultes à jouer avec nos pensées, à les décider consciemment et à expliquer à nos enfants comment concrètement nous nous y sommes pris .
Éduquons-nous à modifier nos attitudes qui consistent à subir nos pensées plutôt que de les choisir et assurons-nous d’aider nos enfants à apprendre comment faire de même.

Cette lecture et les questionnements qui en découlent, permettent aussi d’ouvrir sur d’autre sujets:
– Qu’est-ce que le libre arbitre?
– Qu’est-ce que c’est qu’une croyance?
Comment construire sa confiance en soi?
– Comment comprendre et mettre à profit ses émotions?
– Qu’est-ce que l’Amour de soi?
– Comment trouver ses propres ressources?
-….

Autant de sujets indispensables à aborder pour grandir, que nous allons examiner et approfondir ensemble.

 

Connaissiez-vous “The Work” de Byron Katie, ou le découvrez-vous?

Si l’article vous a interpellé ou vous a apporté de la valeur, laissez un commentaire ou partagez-le dans les médias
sociaux, cela nous fait toujours plaisir !


Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •   

Auteur de l’article : Ketty

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *